15/06/2010

Derniers moments

22132a-le_minimum_vieillesse_sera_revalorise_de_5_en_2008_dit_fillonDerniers sourires, derniers moments de complicité, derniers regards, derniers moments passés ensemble, elles le savent l'une comme l'autre. Elle aura tout fait pour tenir, elle aura lutté de longs mois pour profiter de ces quelques jours passés ensemble mais cette fatigue la ronge et elle n'a plus qu'une envie, fermer les yeux et s'endormir pour toujours. Elle n'a plus peur, elle sait qu'elle ne sera pas seule là haut, ils sont déjà tous là, qui l'attendent. Elle voudrait lui dire de ne pas être triste, de ne pas pleurer, que c'est ça la vie. Derniers sourires, derniers moments de complicité, derniers regards, derniers moments passés ensemble, elles le savent l'une comme l'autre. Elle sait combien ses efforts lui coûtent, comment elle a joué à cache cache avec l'ombre de la mort pour que celle-ci ne la trouve pas avant. Elle voit comme son visage est transparent, comme elle a maigri depuis la dernière fois, comme elle a l'air fatigué. Et elle est si triste. Elle voudrait tant que le temps s'égrènent à l'envers pour profiter encore et encore de ces instants passés ensemble. Elle pleure, même si elle sait que c'est ça la vie.

20:31 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/06/2010

Bulle de savon

bulle de savonPlus légère qu'une bulle de savon et virevolter de ci de là. Monter haut, si haut, de plus en plus haut, et me laisser emporter par cette légère bise. Voler loin, toujours plus loin, là bas, vers l'au delà. Traverser les nuages, jouer à cache cache avec les étoiles, de plus en plus légère, de plus en plus éphémère. Si fragile petite bulle qu'un rien pourrait arrêter, de plus en plus transparente, de plus en plus lointaine.Me laisser emporter, ne plus penser, être cette petite bulle de savon.

20:00 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/06/2010

Culpabilité

femme-enceinte-thumb7232660Qu'il est lourd le poids de cette culpabilité que je traîne depuis plus de deux ans maintenant. Parce que le ventre d'une maman se doit d'être un cocon, une petite bulle où grandit bébé sans se soucier de ce qu'il se passe à l'extérieur et parce que j'ai failli. Six mois, mon ventre ne les aura tenu au chaud que six mois! Et aujourd'hui encore j'en souffre, j'en pleure, j'ai ce manque, ce vide immense au creux de moi, cette petite voix qui me dit "si tu avais tenu encore". Mais je n'ai pas tenu. Je n'y suis pas arrivée, j'ai perdu pied, j'ai perdu foi en moi, en eux, je n'en pouvais plus d'être là, couchée sur ce lit d'hôpital sans bouger, sans mettre un pied à terre. Mon corps n'en pouvait plus, il a abandonné la partie, il a lâché prise.Mais que de regrets aujourd'hui, que de colères et d'amertumes. Si j'avais tenu encore un peu, un tout petit peu ils seraient peut être en bonne santé, je ne vivrais pas cette descente aux enfers, notre vie serait peut être tout autre.

22:47 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/06/2010

Tu me manques tellement

mains_pere_filleJe n'en parle jamais, je cache ça au plus profond de moi mais tu me manques tellement. Tes blagues cyniques, tes petits commentaires lorsqu'on regardait un film, ton regard bienveillant. J'ai tellement envie d'entendre ta voix, ton rire discret. Je voudrais tellement que tu me serres dans tes bras, que tu me dises que tu es fier d'être le papy de mes enfants, que tu es fier d'être mon papa. Je ne t'ai jamais dit combien je t'aimais, si tu savais combien je le regrette. Je n'ai aucune photo de nous deux, si tu savais combien je regrette. Je n'ai aucune photo de toi avec les enfants, si tu savais combien je regrette. Tu sais ce que mon loulou m'a dit l'autre jour en parlant de toi: "Je vais faire un dessin pour toi papy, je vais le lancer haut dans le ciel quand il y aura beaucoup de vent, ainsi tu pourras l'attraper de là où tu es". Que je l'ai serré fort cette fois là mon petit coeur.Mais là, à l'approche de la fête des papas je me sens si seule. Enfin, je me tais, je ne dis rien, et je regarde autour de moi toute cette effervescence à l'approche de cette fête ô combien douloureuse depuis que tu n'es plus là.

21:15 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

07/06/2010

Si ils savaient

y1pY83oDPPDqwo2_p7zhQENnSMahv1A0bx9F4K7MXSDgqL98ed0BGII73vlNpFXXcWDt_3gcEjh-x0Encore un soir au coeur lourd. Cette tristesse si profonde, ancrée en moi. Ce mal être incessant, cette blessure à l'âme qui ne me quitte plus. Et cette boule de larmes au fond de la gorge et au creux du ventre, ces pensées noires qui se font chaque jour un peu plus présentes. Cette tristesse cachée tout au fond de moi, masquée par des explosions de colère. Je ne suis plus moi, je ne suis plus qu'une pâle copie de celle que j'étais. Afficher mon masque de clown devient de plus en plus pénible, combien de temps vais je encore tenir devant ceux qui me croient forte, ceux qui s'imagine que je suis la maman parfaite qui assure tout et qui gère son foyer de main de maître? Combien de temps vais je encore tenir ce rythme de folie, ce quotidien? Combien de temps...

20:25 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/06/2010

Encore un jour sans

Journée tristesse, soirée larmes. Encore un jour sans comme on dit. Un de plus à rajouter à cette longue série qui s'accumule depuis si longtemps déjà. J'étais parvenue à me délester d'une partie de ces poids qui m'empêchaient d'avancer mais je ne trouve plus la force de le faire. J'aimerais tant que cette impression de lassitude et de tristesse me lâche. Je voudrais tant être celle que j'étais avant. Cette fille qui sourit à la vie, qui rit sans arrière pensée, cette fille joyeuse et insouciante. Cette insouciance qui m'a quittée il y a si longtemps déjà, quand j'ai compris que la vie ne faisait pas de cadeau. 969765

19:59 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : melancolie, tristesse |  Facebook |

30/05/2010

Me revoilà...

Parce qu'à nouveau ça ne va pas, parce qu'à nouveau y a des hauts mais surtout des bas, parce qu'à nouveau ce vide immense me guette... me revoilà.Parce que je me croyais forte mais que je ne le suis pas, parce que certains soirs je me demande ce que je fais là... me revoilà.Parce que je ne sais pas de quoi demain sera fait, parce que je ne sais pas si je serai forte encore longtemps, parce que je n'oublie pas... me revoilà.

23:33 Écrit par Aur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |